PAViX RÉVOLUTIONNE LA POSE DES  AIGUILLES DE MONTRES

10 juin 2021

Disponible depuis 2016, la potence à poser les aiguilles PAViX est sans conteste un des plus grands succès actuels de l’entreprise VOH. Couplée au nouveau logiciel de smart production LINKiX, cette configuration réduit à quelques secondes les temps de transition nécessaires entre deux séries différentes avec une vue complète sur la qualité et l’avancement de la production. Retour sur un équipement qui facilite le travail des horlogers.

Chasser une aiguille, c’est-à-dire la positionner de la manière la plus précise possible sur un mouvement, tout en gardant un rythme de production adapté : tel est le défi quotidien de l’horloger. La technologie progresse de manière à l’accompagner dans sa tâche.

« PAViX n’est pas une machine tout automatique qui installe l’aiguille à la place de l’horloger. Au contraire, ses compétences et sa dextérité sont toujours aussi importantes », débute Richard Vaucher, directeur de VOH.

Présentée au salon EPHJ en 2015 et disponible depuis 2016, en plein ralentissement économique, « PAViX répond à une demande des industriels horlogers qui souhaitaient améliorer la qualité de la pose des aiguilles ». Richard Vaucher, horloger de formation, et ses équipes se sont tout de suite attaqués à cette problématique. « Nous avons présenté un concept virtuel, puis nous en avons affiné le cahier des charges, avec la collaboration de nos clients. » Objectif : révolutionner l’approche de la chasse des aiguilles.

« UN TRÈS GROS TRAVAIL D’ERGONOMIE »

Spécialistes de l’équipement horloger, les équipes de VOH se sont attachées aux moindres détails lors de la conception de ce nouvel équipement. « Nous avons effectué un très gros travail dans l’ergonomie de PAViX, dans le prolongement de notre travail avec la SUVA et la Convention patronale visant à décrire très précisément ce que doit être le poste de travail horloger idéal. »

Ainsi, outre les critères techniques, le design a été pensé de manière à tenir compte de la position de travail de l’opérateur : éviter de casser le poignet, garder l’angle du coude ouvert ou encore la position des épaules. « On a pris en compte l’ensemble de ces paramètres, sans pour autant dénaturer un geste ancestral. » L’impression 3D des prototypes a permis de valider les aspects théoriques.

FIABILITÉ ET ADAPTABILITÉ

Simple d’utilisation, la potence à poser les aiguilles de VOH est une aide précieuse dans la fabrication d’une montre. Tout d’abord, l’horloger scanne l’ordre de fabrication qui va ensuite installer le bon programme sur la PAViX ; la pose des aiguilles étant liée à une référence produit. Si besoin, l’opérateur choisit également de tracer le numéro individuel du mouvement posé, ce qui permet de retracer complètement le processus de fabrication en cas de défaut d’une montre.

Ensuite, le programme indique à l’horloger de prendre le porte-mouvement nécessaire et l’accompagne, par différentes étapes à suivre, dans le réglage et la pose des différentes aiguilles de la montre. « Grâce aux plages de forces prédéfinies, à la détection du contact butée et à une ambiance chromatique évolutive, la pose de l’aiguille est validée, ou non, au fur et à mesure qu’elle est enfoncée sur le mouvement », détaille Richard Vaucher. Vert : tout va bien ; Rouge : si la pression exercée dépasse les valeurs programmées.

En clair, PAViX soutient le savoir-faire de l’horloger. La mise en place étant facilitée par une aide informatisée, l’opérateur gagne du temps dans l’organisation de son travail. « Grâce à PAViX, on passe rapidement d’une montre extraplate deux aiguilles à un chronographe avec sept aiguilles. » Ainsi, par une maîtrise parfaite des hauteurs et des forces de chassage, la pose des aiguilles est précise et répétable, permettant de respecter des critères identiques d’une série à une autre indépendamment du lieu et de l’opérateur. On est bien loin du temps où le réglage de la pose des aiguilles s’effectuait par apprentissage et essais sans tenir compte de la bonne force pour les chasser.

Enfin, avec la récente mise en place du système d’échange de données LINKiX, il est possible de déterminer qui fait les pièces, sur quelle machine, quand, comment et pendant combien de temps. Il est donc possible de monitorer l’ensemble d’un atelier équipé des potences PAViX et de contrôler à tout moment, en temps réel, la qualité et le bon déroulement de la production.

UNE COMBINAISON DE VALEURS AJOUTÉES ENTRE L’HUMAIN ET L’OUTIL

Promoteur des compétences et du savoir-faire de l’horloger et plus globalement de l’être humain, Richard Vaucher estime que la valeur ajoutée de l’homme réside dans sa capacité à analyser la beauté des objets, à vérifier que ceux-ci sont harmonieux et conformes, alors que la gestion des forces et des hauteurs, pour un chassage parfait des aiguilles, nécessite un soutien technique que seule la potence aux aiguilles de VOH offre.

Ainsi, PAViX n’est pas un simple produit, c’est avant tout un choix technologique. « Notre approche, c’est un peu le savoir-faire reconnu par l’Unesco retravaillé à la mode 2021 », conclut en souriant Richard Vaucher.

UNE ENTREPRISE SEREINE ET UN ACTEUR CRÉDIBLE DE L’INDUSTRIE HORLOGÈRE

Après un quart de siècle d’activité et quelques crises traversées, Richard Vaucher refuse le terme de maturité pour décrire la phase dans laquelle son entreprise est entrée : « Je préfère utiliser le mot ‘‘sérénité’’ puisque nous ne sommes pas à un pic dans notre développement », sourit-il. Avec le temps, et une imbrication de plus en plus complète de la mécatronique dans le développement de ses produits, VOH a su garder une certaine fraîcheur et l’esprit « inventif » du mécanicien des débuts, qui s’apparente à une véritable culture d’entreprise. « Aujourd’hui, finalement, je vise un but et c’est à mes collaborateurs et collaboratrices de tracer le chemin pour l’atteindre, à leur tour d’être créatifs. »